La lumineuse histoire du prince qui manquait de tout

Deux heures de joie au fil des pages de ce texte qui, avec légèreté, visitent nos manques à être. A consommer sans modération, au fil des jours quand un manque frappe à la porte.

Parmi mes manques préférés :

Le temps, c’est vrai et si on ajoutait 3 heures à chaque jour et 3 jours à chaque semaine…. il nous manquerait toujours la présence au temps. Profiter de ce qui est là… mes mains sur le clavier, le bruit des touches frappées … sans penser à ce que penseront mes hypothétiques lecteurs.

La reconnaissance … ce puits sans fond … que l’extérieur, ami, manager, parent… ne parviennent pas à remplir malgré leurs efforts discrétionnaires parfois…. jusqu’à ce qu’un jour peut-être, je finisse par me dire : “j’aime bien ce que je fais, j’aime bien qui je suis, je me reconnais tel succès,..” et qu’alors, je puisse sereinement entendre ce que l’environnement me donne et le recevoir avec justesse, si je le souhaite.

La fin du livre m’a beaucoup touchée. Cette adresse aux manques de l’auteur, comme un message d’amour. Oui sans eux, sans ces manques qui parfois l’ont mis à terre, il  ne serait pas qui il est aujourd’hui. Un hymne à la réconciliation intérieure. Joyeuse, légère.

publié le